Le système connectif

Par le Dr Giovanni Chetta

De l'immunologie psychoneuro-endocrinienne à l'immunologie alipsoxide-endocrinienne-connective

Le réseau de tissus conjonctifs est l'un des systèmes les plus importants pour la régulation de l'organisme, aux côtés des systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire.

»Psychoneuroendocrinoimmunology

»Tissu conjonctif

»Matrice extra-cellulaire (MEC)

»Cytosquelette

»Intégrer

»Réseau connectif

»Psychoneuroendocrinoconnectivoimmunologia

»Bibliographie essentielle

Psiconeuroendocrinoimmunology

En 1981, R. Ader a publié le livre " Psychoneuroimmunologie " consacrant définitivement la naissance de la discipline du même nom. L’implication fondamentale concerne l’unité de l’organisme humain, son unité psychobiologique n’est plus postulée sur la base de convictions philosophiques ou d’empirismes thérapeutiques, mais est le résultat de la découverte que des divisions aussi différentes de l’organisme humain fonctionnent avec les mêmes substances.

Le développement des techniques modernes d'investigation nous a permis de découvrir les molécules qui, telles que définies par le célèbre psychiatre P. Pancheri, constituent: " les mots, les phrases de communication entre le cerveau et le reste du corps ". À la lumière des récentes découvertes, nous savons aujourd'hui que ces molécules, appelées neuropeptides, sont produites par les trois systèmes principaux de notre corps (nerveux, endocrinien et immunitaire). Grâce à eux, ces trois grands systèmes communiquent, comme de vrais réseaux, non pas de manière hiérarchique, mais en réalité, de manière bidirectionnelle et généralisée; formant, par essence, un véritable réseau mondial. Tout événement nous concernant concerne ces systèmes, qui agissent ou réagissent en conséquence, dans une intégration mutuelle étroite et constante.

En fait, comme nous tenterons de le démontrer dans ce rapport, nous savons aujourd’hui qu’un autre système, constitué de cellules à faible capacité de contraction et à conduction électrique médiocre mais capable de sécréter une variété surprenante de produits dans l’espace intercellulaire, influence essentiellement la physiologie. de notre organisme en s'intégrant à d'autres systèmes: le système connectif.

Tissu conjonctif

Le tissu conjonctif se développe à partir du tissu mésenchymateux embryonnaire, caractérisé par des cellules ramifiées composées d'une substance intercellulaire amorphe abondante. Le mésenchyme provient de la feuille embryonnaire intermédiaire, le mésoderme, très fréquente chez le fœtus où elle entoure les organes en développement et les pénètre. Le mésenchyme, en plus de produire tous les types de tissus conjonctifs, produit d’autres tissus: muscles, vaisseaux sanguins, épithélium et certaines glandes.

- fibres de collagène

Ce sont les fibres les plus nombreuses, elles confèrent au tissu dans lequel elles sont présentes une couleur blanche (tendons, aponévroses, capsules d’organes, méninges, cornées, etc.). Ils forment l'échafaudage de nombreux organes et sont les composants les plus résistants de leur stroma (tissu de soutien). Ils ont des molécules longues et parallèles, structurées en microfibrilles, puis en de longs faisceaux tortueux maintenus ensemble par une substance cimentée contenant des glucides. Ces fibres sont très résistantes à la traction et subissent un allongement totalement négligeable.

Les fibres de collagène sont composées principalement d'une scléroprotéine, le collagène, qui est de loin la protéine la plus répandue dans le corps humain, représentant 30% du total des protéines. Cette protéine de base est capable de changer, en fonction des exigences environnementales et fonctionnelles, en supposant divers degrés de rigidité, d’élasticité et de résistance. Le tégument, la membrane basale, le cartilage et les os font partie de la gamme de variabilité.

- fibres élastiques

Ces fibres jaunes prédominent dans le tissu élastique et donc dans les zones du corps où une élasticité particulière est requise (pavillon de l’oreille, peau, par exemple). La présence de fibres élastiques dans les vaisseaux sanguins contribue à l'efficacité de la circulation sanguine et est un facteur ayant contribué au développement des vertébrés.

Les fibres élastiques sont plus minces que les fibres de collagène, se ramifient et s'anastomosent pour former un maillage irrégulier, cèdent facilement aux efforts de traction et reprennent leur forme lorsque la traction cesse. Le composant principal de ces fibres est la scléroprotéine élastine, un peu plus jeune, en termes d’évolution, que le collagène.

- fibres réticulaires

Ce sont des fibres très fines (d'un diamètre similaire à celui des fibrilles de collagène), considérées comme des fibres de collagène immatures dans lesquelles elles sont en grande partie transformées. Ils sont présents en grande quantité dans le tissu conjonctif embryonnaire et dans toutes les parties de l'organisme dans lesquelles se forment les fibres de collagène. Après la naissance, ils sont particulièrement abondants dans l'échafaudage des organes hématopoïétiques (rate, ganglions lymphatiques, moelle osseuse) et forment un réseau autour des cellules des organes épithéliaux (foie, reins, glandes endocrines, par exemple).

Le tissu conjonctif est caractérisé morphologiquement par différents types de cellules (fibroblastes, macrophages, mastocytes, plasmocytes, leucocytes, cellules indifférenciées, cellules adipeuses ou adipocytes, chondrocytes, ostéocytes, etc.) immergées dans un matériau intercellulaire abondant, appelé matrice extracellulaire, synthétisé à partir des mêmes cellules conjonctives. La CEM est composée de fibres protéiques insolubles (collagène, élastique et réticulaire) et d'une substance fondamentale, définie à tort comme amorphe, colloïdale, formée de complexes glucidiques solubles, principalement apparentés à des protéines, appelés mucopolysaccharides acides, glycoprotéines, protéoglycanes, glucogaminoglycanes ou GAG. (acide hyaluronique, coindroitinsulfate, kératinsulfate, héparinsulfate, etc.) et, dans une moindre mesure, des protéines, y compris la fibronectine.

Les cellules et la matrice intercellulaire caractérisent différents types de tissu conjonctif: tissu conjonctif proprement dit (bande de tissu conjonctif), tissu élastique, tissu réticulaire, tissu muqueux, tissu endothélial, tissu adipeux, tissu cartilagineux, tissu osseux, sang et lymphe. Les tissus conjonctifs jouent donc plusieurs rôles importants: structurel, défensif, trophique et morphogénétique, organisant et influençant la croissance et la différenciation des tissus environnants.

Matrice extra-cellulaire (MEC)

Les conditions de la partie fibreuse et de la substance fondamentale du système du tissu conjonctif sont en partie déterminées par la génétique, en partie par des facteurs environnementaux (nutrition, exercice, etc.).

Les fibres de protéines peuvent en effet évoluer en fonction des besoins environnementaux et fonctionnels. Le tégument, la membrane basale, le cartilage, l'os, les ligaments, les tendons, etc. sont des exemples de leur spectre de variabilité structurelle et fonctionnelle.

La substance fondamentale varie en permanence, devenant plus ou moins visqueuse (de fluide à collante à solide), en fonction des besoins organiques spécifiques. Peut être trouvé en grande quantité sous forme de liquide synovial articulaire et d'humour oculaire vitré, il est en fait présent dans tous les tissus.

Le tissu conjonctif modifie ses caractéristiques structurelles par l’ effet piézoélectrique : toute force mécanique qui crée une déformation structurelle étire les liaisons inter-moléculaires en produisant un flux électrique léger (charge piézoélectrique). Cette charge peut être détectée par les cellules et impliquer des modifications biochimiques: par exemple, dans l'os, les ostéoclastes ne peuvent pas "digérer" l'os chargé piézoélectriquement.

Recommandé

MIKAN ® Amikacina
2019
JANUVIA ® - Sitagliptine
2019
Pygeum en phytothérapie: propriété du pygeum
2019