Pneumothorax spontané

définition

Toujours imprévisible, la variante spontanée du pneumothorax est probablement la forme la plus courante, touchant surtout les jeunes hommes au corps mince et élancé.

Responsable de problèmes respiratoires majeurs, le pneumothorax spontané définit un tableau clinique complexe consistant en une accumulation d'air ou de gaz dans la cavité pleurale et en un affaissement du poumon qui en découle.

Câble pleural: élément de liaison entre le poumon et la paroi thoracique.

classification

Le pneumothorax spontané se distingue en plusieurs sous-catégories:

  1. NEOAT PNEUMOTORACE SPONTANÉ: Les nourrissons atteints de graves maladies pulmonaires telles que le syndrome d’aspiration du méconium (SAM) et le syndrome de détresse respiratoire (RDS) peuvent développer des complications telles que le pneumothorax spontané. La majorité des nouveau-nés atteints de pneumothorax spontané ne se plaignent pas de symptômes: il s'agit d'une limite sérieuse pour un diagnostic précoce. Chez d'autres nouveau-nés, toutefois, la pathologie commence par des prodromes évidents, tels que la cyanose, l'hypoxie, l'hypercapnie et la bradycardie.
  2. PNEUMOTORACE SPONTANÉ PRIMAIRE OU PRIMAIRE: se produit en l’absence de cause apparente ou de maladie pulmonaire. La plupart des patients atteints guérissent spontanément dans les 7 à 10 jours qui suivent l’apparition, sans dommage à long terme. La pathogenèse est généralement liée à la rupture des « bulles», accumulations d’air emprisonnées entre le poumon et la plèvre viscérale. On estime que la variante primitive spontanée constitue 50 à 80% des formes spontanées.
  3. PNEUMOTORACE SPONTANÉ SECONDAIRE: l’affaissement du poumon est toujours dû à une affection pulmonaire sous-jacente. Les symptômes sont généralement plus prononcés que la forme primitive et la gravité de l'état clinique peut mettre la vie du patient en danger (en particulier si le pneumothorax secondaire spontané n'est pas correctement traité). Dans la plupart des cas, le pneumothorax secondaire spontané affecte les personnes de plus de 40 ans.

D'un point de vue physiopathologique, une autre classification du pneumothorax spontané peut être réalisée:

  1. Pneumothorax spontané ouvert: l'air entre et sort de manière continue de la cavité pleurale, ainsi le poumon s'affaisse complètement, car il est soumis à l'action de la pression atmosphérique.
  2. Pneumothorax spontané spontané: le poumon ne s'est pas complètement effondré, la communication avec la cavité pleurale étant fermée, il n'y a donc pas de fuite d'air.
  3. Pneumothorax spontané avec valve (ou pneumothorax hypertendu): il s’agit de la variante la plus dangereuse du pneumothorax. L'air pénètre dans la cavité pleurale pendant l'acte inspiratoire, sans sortir pendant l'expiration: en conséquence, la pression intrapleurale augmente exagérément, jusqu'à littéralement écraser le poumon. Cette condition clinique peut mettre en péril la survie du patient: un pneumothorax hypertensif peut évoluer vers un déficit ventilatoire restrictif et un collapsus cardiocirculatoire.

Causes et facteurs de risque

Un pneumothorax spontané peut entraîner une dégradation des structures pulmonaires et de la plèvre viscérale: un état similaire favorise la communication des voies respiratoires avec le cordon thoracique, provoquant des lésions.

Nous avons vu que seule la variante secondaire du pneumothorax spontané est liée aux maladies pulmonaires. Les affections morbides les plus courantes observées chez les patients atteints sont les suivantes:

  • SIDA
  • abcès du poumon
  • asthme
  • BPCO
  • Cancer: cancer primitif du poumon, carcinoïde, mésothéliome, sarcome métastatique
  • Bronchite chronique associée à un fibro-emphysème pulmonaire
  • endométriose thoracique
  • emphysème bouilli (dans la plupart des cas)
  • fibrose kystique
  • infarctus vasculaire
  • infections pulmonaires
  • métastase
  • sarcoïdose
  • Syndrome de Marfan (pathologie affectant le tissu conjonctif)
  • spondylarthrite ankylosante

Bien que chez les patients atteints de pneumothorax primaire spontané, il n'y ait apparemment aucune cause apparemment observable, il est présumé que les bulles (accumulations d'air qui se développent dans les poumons) et les bulles (accumulations d'air entre les poumons et la plèvre viscérale) peuvent affecter gravement désordre. On estime que chez presque tous les patients atteints de pneumothorax spontané, la vidéotoracicoscopie détermine la présence de ces lésions bulleuses.

remarques:

La corrélation étroite entre la manifestation abrupte de symptômes de pneumothorax spontanés et la performance d’une pratique sportive intense est importante. En fait, il semble que l'hyperventilation pulmonaire et l'hyperactivité musculaire puissent être considérées comme des déclencheurs possibles. En ce sens, les sports les plus dangereux sont l'haltérophilie et les activités sous-marines. Cependant, il est concevable que même l'apparition ou la persistance d'une toux particulièrement gênante puisse provoquer l'éclatement du pneumothorax.

Malgré ce qui a été dit, chez la plupart des patients, un pneumothorax spontané apparaît soudainement, même au repos.

Étude approfondie: comment la plongée sous-marine peut-elle influer sur l'apparition du pneumothorax?

En plongée, l'air respiré par l'appareil respiratoire autonome doit avoir une pression égale à celle de l'environnement; Cependant, le même air augmente en volume à mesure que la pression environnementale diminue, augmentant ainsi dans le tronçon de la montée. Si l’augmentation de volume est excessive, la rupture des alvéoles pulmonaires est émise: dans ces situations, le passage de l’air dans la cavité pleurale est favorisé, d’où l’effondrement du poumon (qui se traduit par un pneumothorax).

Les symptômes

À l'exception des cas asymptomatiques, la plupart des patients atteints de pneumothorax spontané souffrent d'une douleur «pleurale» particulière, circonscrite au niveau de l'hémothorax affecté.

La symptomatologie clinique de l'apparition dépend à la fois de l'âge du patient et de l'extension du pneumothorax. Chez les enfants affectés (pneumothorax néonatal spontané), par exemple, on observe le plus souvent un battement, une vibration médiastinale.

De nombreux patients hospitalisés rapportent des symptômes indiquant des expressions telles que " douleur violente à la poitrine du poignard ", souvent associées à des difficultés respiratoires plus ou moins graves. La dyspnée est clairement due à l'effondrement du poumon; les jeunes semblent vivre ce trouble beaucoup moins que les personnes âgées.

De plus, parmi les symptômes associés au pneumothorax spontané, l'agitation et la sensation d'étouffement ne peuvent faire défaut, signalées par une bonne partie des patients.

Le patient souffrant de pneumothorax spontané apparaît en difficulté, souvent dans un état de cyanose évident. Il est parfois possible de détecter une tachycardie (> 135 bpm), une turgescence jugulaire due à une atteinte des veines creuses et une augmentation de la taille de l'hémorragie affectée par la pathologie.

diagnostic

Chez les patients atteints d'un pneumothorax spontané grave, le scanner est l'investigation diagnostique par excellence: il est en effet possible de détecter l'étendue du pneumothorax avec précision. Cette pratique permet également d'identifier la présence d'hémothorax (débordement de sang dans la cavité pleurale) et de contusions pulmonaires.

La radiographie pulmonaire détecte l'air accumulé dans la cavité pleurale, l'abaissement du diaphragme, l'emphysème sous-cutané et l'affaissement du poumon au niveau du hile.

Le diagnostic différentiel doit être posé avec:

  • épanchement pleural → la manifestation du symptôme survient généralement moins fortement que le pneumothorax spontané
  • douleur thoracique, pleurodinia (douleur sévère des nerfs pleuraux et des muscles intercostaux) et maladie de Bornholm (infection des muscles intercostaux, avec possible atteinte de la plèvre) → caractérisée par une perception désagréable et constante d'essoufflement
  • embolie pulmonaire → entre les symptômes dont on se souvient de l'hémoptysie et les râles au niveau de la zone touchée

thérapie

En général, on parle de comportement thérapeutique éclectique, dans le sens où la thérapie est hétérogène et variée, car elle est subordonnée à la fois à la cause déclenchante (identifiable) et à la prédiction de la réabsorption spontanée de la lésion. Lorsque les dommages sont légers et touchent une petite partie des poumons, la guérison spontanée est prévisible: dans de telles circonstances, un repos absolu est recommandé.

Plus de facteurs interviennent dans le choix d'une thérapie plutôt que d'une autre. La gravité des symptômes, l'âge du patient, le degré de détresse respiratoire et la pathologie sous-jacente (lorsqu'elle est détectable) doivent être pris en compte.

Même en l'absence de symptômes (ou en cas de légère détresse respiratoire), le nouveau-né atteint d'un pneumothorax spontané doit faire l'objet d'une surveillance étroite. Une attention particulière doit être portée à la surveillance du rythme cardiaque et respiratoire, de la pression artérielle et de la saturation artérielle en oxygène.

Si nécessaire, de l'oxygène peut être administré pendant quelques heures afin de réduire le pneumothorax et accélérer la guérison.

Pour l’homme adulte et pour le jeune homme souffrant de pneumothorax spontané, le traitement de choix est le drainage pleural ou le drainage par aspiration, très utile à la fois pour éliminer l’air intrapleural et pour prévenir toute accumulation ultérieure.

Il ressort des statistiques médicales que le drainage thoracique pour traiter le premier épisode de pneumothorax spontané a un taux de réussite très élevé, estimé à environ 90%. Cependant, dans le cas des rechutes, cette valeur tombe à 52% (pour la première récurrence) et à 15% pour la seconde.

En cas de récidives récurrentes ou d’absence de réponse au drainage pleural, il est envisageable de recourir à un traitement de nature chirurgicale. La pélurodèse (favorise l'adhésion du poumon à la paroi thoracique) ou la pleurectomie (excision chirurgicale partielle de la plèvre pariétale) sont les traitements chirurgicaux de choix pour le traitement du pneumothorax.

Dans certaines conditions particulières, la chirurgie est recommandée dès le premier épisode de pneumothorax spontané. Dans ces situations, la chirurgie est la thérapie de choix dans les cas suivants:

  • hémopneumothorax (accumulation d'air et de sang dans la cavité pleurale)
  • pneumothorax bilatéral
  • histoire de régression du pneumothorax controlatéral
  • pneumothorax hypertenseur

En conclusion, il est juste de demander une assistance médicale même en cas de suspicion d'un début d'effondrement pulmonaire: en cas de gravité extrême, un pneumothorax mal traité peut dégénérer jusqu'à l'induction d'un arrêt cardiaque, d'un choc, d'une hypoxémie, d'une insuffisance respiratoire et de la mort.

Recommandé

Prothèse au genou: difficultés et nombre de l'intervention de révision
2019
Granpidam - Sildénafil
2019
E524 - Hydroxyde de sodium
2019